• Suivre Linkedin
  • Suivre Twitter
  • Suivre sur Youtube
  • Suivre les Flux RSS
Page d'accueil - Nos solutions - À découvrir - La récupération de la chaleur des eaux usées

La récupération de la chaleur des eaux usées

Aussi surprenant que le procédé puisse paraitre, il repose sur la récupération des calories au passage des eaux usées sur une plaque métallique qui intègre des tuyaux en inox parcourus par un fluide caloporteur. Energie locale de récupération, elle permet de chauffer des bâtiments de proximité.

Qu’est ce que la récupération de la chaleur des eaux usées ?

L’activité humaine en ville est naturellement productrice de chaleur. Le réseau des égouts reçoit des eaux usées dont la température est comprise entre 12°C et 20°C selon le moment de la journée et les saisons.

Les eaux usées proviennent en partie des appareils électroménagers (lave-vaisselle et lave-linge) qui utilisent de l’eau portée à haute température. Quand l’eau est évacuée, elle conserve une partie de sa chaleur.

Le système peut être installé dans des égouts qui ont assez de débit pour permettre la récupération thermique. L’efficacité du dispositif dépend en effet du débit des eaux usées qui doit être suffisant pour assurer une température constante. On estime que les eaux usées produites par 100 habitants permettent de chauffer 10 habitants.

Comment ça marche ?

La récupération des calories s’effectue par le passage des eaux sur la surface d’une plaque métallique posée dans la partie en contact avec l’eau. Cette plaque d’inox intègre des tuyaux parcourus par un fluide caloporteur (eau glycolée). Le fluide circule en boucle fermée à l’intérieur des échangeurs.

Réchauffé au contact du métal, ce fluide alimente ensuite une pompe à chaleur qui va récupérer les calories, jusqu’à une température de 60°C. Cette chaleur est alors transmise au réseau de chauffage pour alimenter les bâtiment de proximité.

Quel est l’intérêt ?

Ce procédé est très sûr et non polluant. Il ne demande aucune combustion (ni flamme, ni produit inflammable). Il assure uniquement la transmission de la chaleur, pas celle des odeurs, car les trois flux sont physiquement séparés.

Ce système de récupération de chaleur peut être mis en place dans certaines zones, comme les grands ensembles de bâtiments (écoles, complexes sportifs, bâtiments administratifs …) ou dans des quartiers à forte consommation de chaleur. Le bâtiment à chauffer doit être proche de l’égout (500 mètres maximum) pour éviter les déperditions d’énergie.

En images